Les Origines de la Capoeira

Les Origines de la Capoeira: Art Martial, Communauté et Danse.

Les origines de la Capoeira sont difficiles à définir. Certains diront que c’est une forme d’arts martiaux. Il y’a, en effet, de nombreux mouvements qui rappellent des techniques d’autodéfense que vous pouvez apprendre à travers les arts martiaux. Mais la Capoeira ne se limite pas à cela: elle a quelque chose de plus qui ne correspond pas aux arts martiaux asiatiques que nous connaissons tous. D’autres personnes considèrent la Capoeira comme étant une danse et tout le monde comprend pourquoi les deux sont liés en voyant un jeu de Capoeira. Les Capoeiristas se déplacent sur une musique spécifique en fond et leurs mouvements correspondent au rythme joué par les berimbaus, pandeiros, atabaques, agogô et reco-reco. Mais avec les mouvements, leur imprévisibilité, et leur vitesse, il semblent que la Capoeira soit bien plus qu’une simple danse comme les autres.

En plus de ces deux côtés de la Capoeira, vous pouvez la voir comme un jeu. Au fil des années, la Capoeira a commencé à être considérée comme un sport. Ce n’est plus seulement une performance, c’est devenu un jeu entre deux personnes ou plus, avec un but à atteindre et des règles à respecter pour gagner. Nous avons donc tendance à dire que la Capoeira est simplement un sport qui mélange des mouvements d’Arts Martiaux et de danses. Mais même avec cette description, nous sommes loin de ce que la Capoeira représente et symbolise au Brésil et dans le monde entier. C’est un incroyable ambassadeur de l’histoire et de la culture du Brésil dans le monde entier. La Capoeira vient aussi avec une vision du monde et un style de vie particuliers. La Capoeira est un tout. Il y a une histoire derrière ces mouvements, des années d’entraînement et des traditions qui, réunis pièce par pièce, ont créer la Capoeira que nous connaissons tous.

Le secret de ses origines

Les origines exactes de la Capoeira sont encore à déterminer. Il est même possible que nous ne les trouvions jamais. La fondation de la Capoeira est entourée d’un grand secret et a également souffert des vicissitudes de l’histoire. Grâce à quelques pratiquants et personnes passionnées par la Capoeira, nous savons que cet art martial est apparu autour du 16ème siècle. A cette époque, le Brésil était l’un des plus grands territoires colonisés par les Portugais. Comme le pays manquait de travailleurs, les colons ont décidé d’envoyer des esclaves de l’Afrique de l’Ouest au Brésil.

Vivant dans des conditions inhumaines et souffrant de différentes sortes de punitions pour la moindre raison, certains esclaves auraient tentés de se rebeller et de s’enfuir de cette situation. Pour cela, ils auraient mis en place des communautés hors de porté du contrôle portugais appelé Quilombos. Pour se défendre, ils utilisaient la Capoeira. Mélanger l’art martial avec de la musique et des mouvements de danse a permis aux pratiquants de ne pas être remarqués par les autorités portugaises. Ces derniers avaient, en effet, des difficultés à distinguer s’ils se contentaient de montrer une performance acrobatique ou s’ils s’entraînaient au combat.

La création et l’évolution de la Capoeira ont permis aux esclaves de partager ensemble une culture qui leur était propre et pour certains, de fuir le contrôle des colons portugais. C’était une forme de divertissement très populaire qui les a aidés à construire leur identité.

L’abolition de l’esclavage et de la Capoeira

En 1888, l’esclavage fut aboli au Brésil. La “Loi d’or” est la loi signée par la princesse Isabel afin de reconnaître la fin de cette institution. Si cela libéra beaucoup de gens de leur condition, cela leur apporta aussi d’autres problèmes. En effet, l’abolition n’apporta aucun soutien aux anciens esclaves. De ce fait, la plupart d’entre eux finirent dans la rue sans domicile et sans travail. A cette époque, une nouvelle vague d’immigration venait d’Europe et d’Asie, la population augmentait énormément au Brésil. Avec de plus en plus de personnes et pas assez d’emplois à leur fournir, la pauvreté avait également augmenté. Le taux de criminalité avait commencé à se développer dans les centres urbains.

C’est alors que les gangs commencèrent à se former. Utilisant n’importe quelle arme qu’ils pourraient trouver pour causer des problèmes, la Capoeira devint un moyen de se battre. Causant le chaos dans tout le Brésil, plusieurs groupes de Capoeiristas attaquaient des villes comme Rio de Janeiro. Certains pratiquants de la Capoeira furent également invités à devenir des tueur à gages ou des gardes du corps pour les seigneurs de la guerre. Afin d’éviter d’autres problèmes, le gouvernement a finalement décidé d’interdire la Capoeira en 1890.

La Capoeira: un sport qui ne meurt jamis.

L’état d’illégalité que la Capoeira l’avait, pendant plusieurs décennies, presque fait disparaître. Heureusement, certains capoeiristas passionnés lui ont permis de survivre à son illégalité. La Capoeira était leur identité, leur tradition et le symbole de leur histoire. Pour ne pas le perdre, les gens ont décidé d’agir. Mestre Bimba est l’un des plus célèbres d’entre eux. Ce maître de la Capoeira vivait à Salvador, l’une des rares villes où l’on pouvait encore trouver des gens pratiquant la Capoeira.

Le maître décida de se concentrer sur la partie culturelle et divertissante de la Capoeira afin de pouvoir réintroduire la pratique de la Capoeira dans tout le pays. Il a laissé de côté l’art martial caché derrière les mouvements et s’est concentré sur l’art et l’attention qu’il a gagnée auprès des touristes. Grâce à sa vision de la Capoeira et à sa détermination, il a réussi à convaincre le gouvernement brésilien. Il fut le premier à ouvrir une école de capoeira (sous un autre nom) en 1932, menant à la fin de la prohibition en 1940.

 

Depuis la reprise de la Capoeira, la vision du sport par Mestre Bimba a été classée comme la Capoeira Regional. Pendant ce temps, la fin de l’interdiction a permis le développement de la Capoeira Angola, basée sur la partie d’arts martiaux des origines de la Capoeira. Ces deux courants sont généralement enseignés à l’école de Capoeira et même s’ils ont des visions différentes du sport, ils sont tous d’accord sur la musique unique qui accompagne la Capoeira. Berimbaus, pandeiros, atabaques, agogô et ganza sont des instruments traditionnels qui symbolisent les origines de la Capoeira.

Leave a comment