La capoeira: plus qu’un sport physique, un sport spirituel

La capoeira: plus qu’un sport physique, un sport spirituel

 

Envie d’allier sport et dépaysement ? La capoeira est un art martial très connu à travers le monde entier pour incarner ces deux points. Intriguant mélange de danse, de lutte et de jeu, la capoeira vous fait voyager au coeur de la culture brésilienne. Mais au delà d’un simple sport de combat, la Capoeira est également une incroyable source d’énergie spirituelle.

Une philosophie du corp

Avant d’être un sport ou un art martial, cette lutte dansée est une philosophie en acte et une pensée du corps. Le “Mestre paulista Almir das Areias”, auteur d’un livre intitulé “O que é capoeira”, répétait à ses élèves : “ Dans tous tes gestes, tu dois être comme le courant de la rivière qui contourne le rocher ”.

Dans l’espace vibratoire et musical de la roda ou se joue la Capoeira, le corps est pris d’une transe qui l’oblige à se détacher de l’anatomie organique. Saisi par la grâce et la légèreté divine, le joueur fait exister un corps pur. Cette liberté inventive, comme dans le théâtre selon Antonin Artaud (grand théoricien du théâtre), suppose l’exercice d’une cruauté, mais il s’agit d’une cruauté vitale qui force à briser les liens et les agencements psychologiques ou sociaux pour “ s’inventer un corps neuf ”, Un corps de fuite, à la limite du possible et du déséquilibre, qui renverse la cruauté exercée à l’origine sur les esclaves noirs en une puissance virtuelle de dépassement du corps organique.

La poétique de la Capoeira: le devenir-animal

Il ne s’agit pas d’imiter le singe, ni de singer l’âne ou le serpent. Non, c’est bien d’un devenir qu’il s’agit, par connexion avec les intensités, les forces, les mouvements du vivant qui informent la chair et l’esprit pour les unir dans la dynamique d’un geste. Il peut s’agir même de devenir la feuille qui tombe d’un arbre ou de devenir l’eau qui coule autour du rocher. Et, dans tous les cas, il faut oublier, abandonner la rectitude du corps civilisé. Le grand “Mestre Nestor Capoeira”, dans son célèbre “Pequeno manual do jogador”, décrit ainsi la première leçon que lui et d’autres “Mestres” donnent à leurs élèves, et qui s’appelle “ Os Animais ” (Les Animaux) : “ Marcher à quatre pattes réveille la mémoire corporelle de l’enfance et des jeux d’autrefois. Cela peut même réveiller des souvenirs plus anciens remontant à nos origines animales. Par ailleurs, cela met la personne dans une position très vulnérable — les fesses en l’air —, en opposition avec la posture droite, ‘rationnelle’ et ‘civilisée’ ”.

La Roda, un espace physique en connexion avec le monde entier du vivant.

A l’origine de la pensée grecque, il y a le cercle et la sphère, enfermés dans leur perfection statique. A l’origine de la capoeira, il y a la roda, cet espace rituel et circulaire d’où jaillissent les mouvements giratoires des corps qui tracent dans l’air des cercles ouverts et dynamiques. Lancés comme à l’improviste, les gestes semblent soudain suivre les lignes d’une rigoureuse géométrie dont les hyperboles et les arabesques invisibles traversent l’espace. Ils répètent et relancent à l’infini les lignes de fuite tracées par les anciens esclaves. Dans la roda, le danseur est au centre de lignes de forces qui parcourent les lieux hétérogènes et traversent l’espace quadrillé des blocs : blocs raciaux, sociaux et urbains.

Le cercle dynamique de la roda est alors une métonymie du cosmos. Cette partie prise pour le tout, dans le renversement, finit par englober le tout. “Sair na roda”, c’est entrer dans le cosmos et se trouver en connexion (la métonymie est une figure de la connexion) avec l’infinité du vivant. D’ailleurs à chaque début de jeu, le chanteur lance : “vamos embora pelo mundo fora” (partons vers le monde extérieur]).

La capoeira ou l’art de la pensée

Les pensées sont des gestes, affirmait le célèbre philosophe Nietzsche. La capoeira est l’art de la pensée du corps pur, du corps sans organes qui surplombe nos corps de plomb comme un ciel d’orage. Que de pensées dans le geste d’un capoeiriste, que de gesticulation mentale dans le discours d’un philosophe. Pour finir, et pour revenir à cette puissance de résistance vitale et joyeuse qui est le propre de la capoeira, voici ce qu’aurait dit “Mestre Pastinha”, après un long moment de silence, en réponse à quelqu’un qui lui demandait ce qu’est la capoeira : “Nos pensées doivent être considérées comme des gestes correspondant à nos instincts comme tous les gestes. Les pensées sont des signes d’un jeu et d’un combat des émotions : elles restent toujours liées à leurs racines cachées ”

Où, la capoeira, puise-t-elle son énergie ?

Sans avoir étudié la physique quantique, le capoeiriste sait que l’énergie créatrice provient du vide et que la vie naît de la puissance du virtuel qui contient tout le devenir en puissance. Ainsi, l’art de l’esquive consiste à laisser la place vide au coup de force qui échoue dans l’air, au coup de pied qui n’atteint pas son but. Cette force dépensée en pure perte, l’adversaire en fait son énergie négative. Comme les trous noirs aspirent l’énergie des étoiles, le capoeiriste trouve dans le coup manqué de son adversaire l’espace vacant où puiser l’énergie de son geste. La joie, la légèreté, l’art de feindre, telles sont les trois manifestations d’une telle source d’énergie spirituelle. Mis à part cette légèreté essentielle d’esprit et de corps, la capoeira consiste donc en ce qu’elle renverse les codes des techniques de combat : les jambes contre les bras, les pieds contre les mains, le bas contre le haut. “ Il faut penser avec son pied ”, suivant le célèbre aphorisme de Nietzsche, et non avec sa tête. Se servir de sa tête comme de son pied, dans les “cabeçadas” (coups de tête).

 

Plus qu’un simple sport physique (si pratiquée de façon encadrée), la capoeira est extrêmement bénéfique pour le corps, la tête et l’esprit. Vous travaillerez votre endurance, votre agilité et votre concentration. Vous améliorerez aussi votre sens du rythme au son des berimbaus, vos réflexes et votre coordination. Mais enfin, et surtout, la capoeira vous permettra d’en apprendre plus sur vous-même, de vous libérer totalement et vous véhiculera des valeurs positives telles que la tolérance, la créativité et la convivialité.

Leave a comment